Archives de catégorie : Vie des écoles

Des nouvelles des projets montés et mis en œuvre dans des écoles de la circonscription.

Film d’animation autour d’Hervé TULLET

L’animation en volume est l’une des techniques d’animation, donnant l’illusion de voir des objets animés d’une vie propre et doués de mouvements. Ce procédé est parfois désigné par l’anglicisme stop motion.

L’idée est de filmer une scène, image par image, sur un support numérique. Ainsi, une première prise de vue fixe l’objet dans sa position initiale. Puis, il est déplacé très légèrement. Ensuite, une nouvelle prise est réalisée. L’objet est à nouveau déplacé et ainsi de suite…

Il faut entre 12 et 16 photographies pour obtenir une seconde de film. Plus il y a d’images, plus l’animation est fluide.

Les objectifs pédagogiques sont multiples, en plaçant l’élève dans le rôle d’un créateur :

  • « Utiliser des outils numériques »
  • « Produire des images »
  • « De façon manuscrite ou numérique, ils apprennent à copier ou transcrire sans erreur, depuis des supports variés en veillant à la mise en page »
  • « Activités langagières en utilisant les outils numériques »
  • « Agir, s’exprimer, comprendre à travers les activités artistiques »
  • “Développer le travail collaboratif à l’aide des outils numériques, réaliser des projets. »
  •  » Les enregistrements (audio et vidéo) pour revenir sur la production orale, pour raconter, mettre en voix des textes »

Voici le film des PS-MS de l’école Kergomard, réalisé autour de l’album « On joue ? » d’Hervé TULLET

Vieilles-Perrières : L’hôpital des nounours

 « Le 19 mars dernier, les enfants de petite et moyenne section de l’école maternelle des Vieilles-Perrières, sont allés à l’hôpital des nounours. Là, les médecins ont enrayé les épidémies, réduit les fractures, fait quelques piqûres et prises de sang aux doudous…

L’occasion pour les enfants de se familiariser avec l’univers médical. »

Atelier film d’animation à l’école Granvelle

L’animation en volume est l’une des techniques d’animation, donnant l’illusion de voir des objets animés d’une vie propre et doués de mouvements. Ce procédé est parfois désigné par l’anglicisme stop motion.

L’idée est de filmer une scène, image par image, sur un support numérique. Ainsi, une première prise de vue fixe l’objet dans sa position initiale. Puis, il est déplacé très légèrement. Ensuite, une nouvelle prise est réalisée. L’objet est à nouveau déplacé et ainsi de suite…

Il faut entre 12 et 16 photographies pour obtenir une seconde de film. Plus il y a d’images, plus l’animation est fluide.

Les objectifs pédagogiques sont multiples, en plaçant l’élève dans le rôle d’un créateur :

  • « Utiliser des outils numériques »
  • « Produire des images »
  • « De façon manuscrite ou numérique, ils apprennent à copier ou transcrire sans erreur, depuis des supports variés en veillant à la mise en page »
  • « Activités langagières en utilisant les outils numériques »
  • « Agir, s’exprimer, comprendre à travers les activités artistiques »
  • “Développer le travail collaboratif à l’aide des outils numériques, réaliser des projets. »
  •  » Les enregistrements (audio et vidéo) pour revenir sur la production orale, pour raconter, mettre en voix des textes »

Vous trouverez ci-dessous quelques productions réalisées par les élèves de CM2 de l’école Granvelle, dans le cadre d’une activité de découverte. Un projet complet verra le jour autour de la protection de l’environnement.

 

Le monde d’Harry Potter en stop motion

Depuis la rentrée, les élèves de CE1 / CE2 de l’école d’Arènes vivent dans l’univers du célèbre sorcier (voir l’article précédent).

Afin de perpétuer la magie, l’enseignante s’est lancée dans un projet de film d’animation. Pour cela, elle a utilisé la technique du stop motion, technique donnant l’illusion de voir des objets s’animer. Il  s’agit donc de photographier toutes les images d’une scène et de les faire défiler à une certaine vitesse afin de leur donner une impression de mouvement.

Ce projet met en avant la production d’écrit, les arts visuels et le langage oral.

Avant de commencer à prendre les photographies, les élèves ont rédigés un court texte, qui servira de scénario et permettra de préparer la mise en scène.

Dans un second temps, les décors sont pensés et préparés.

Enfin, les scènes sont tournées puis doublées. Pour la prise de vue, les élèves ont utilisé des tablettes avec l’application, gratuite, « Animation en volume ».

Voici le résultat :



La réaction des élèves :

 

Dans ma classe…

Vous souhaitez partager la vie de votre classe, de votre école ?

Mettre en avant les projets menés avec vos élèves ?

Le site de la circonscription peut-être un relais dans votre communication.

Vous pouvez déposer vos photographies, vidéos, sons ou textes en cliquant sur le « dossier »

Attention : avant de déposer vos fichiers, vous devez vous assurer d’avoir l’autorisation parentale pour l’usage de l’image et de la voix signée.

 

 

 

 

Harry Potter à l’école d’Arènes

« Dernier appel avant le départ du Poudlard Express ! »

Le départ ? Mais pour aller où ?

Pour le savoir, il faut revenir aux vacances d’été…

Un matin, les élèves de CE1 – CE2 de Mme Martin ont reçu un étrange courrier…

À l’intérieur, une lettre et un ticket :

Comme le disait la lettre, le matin de la rentrée, les enfants se sont retrouvés « voie 9 ¾ » .

Plus qu’une seule chose à faire : traverser le mur

Projet Erasmus+ en maternelle : numeracy@English

Depuis septembre 2016, la maternelle Vauthier-Sircoulon (quartier Clairs-Soleils à Besançon) participe à un projet Erasmus+, nommé « numeracy@English » avec 8 autres écoles européennes : en Irlande du Nord (une école catholique et une école protestante), en Espagne, en Croatie, en Lettonie, en Pologne, au Portugal et en Italie. 

Les partenaires européens avec le maire de Belfast


Ce projet se déroule sur 3 années et est financé par l’Union Européenne. Il permet aux élèves et aux enseignants des écoles concernées de s’ouvrir sur l’autre, de découvrir d’autres cultures, de participer à des projets communs notamment en numération, en utilisant des outils numériques tout en s’inscrivant dans un premier apprentissage de l’anglais.

 
Au sein de l’école, nous avons monté différents projets avec nos élèves dans le cadre Erasmus+ : »notre quartier, notre ville » , dénombrer et aborder l’addition en jouant à la marchande (un supermarché géant avait alors envahi notre salle de motricité), protéger les oiseaux de notre école (en partenariat avec la LPO), utiliser des tablettes, se familiariser au droit et au respect de l’image (en partenariat avec le journée « Internet sans crainte »),  sans oublier la sensibilisation à un premier apprentissage de l’anglais à l’école.

En parallèle,  « Numeracy@English » permet aux enseignants d’enrichir leur pratique de classe et leur formation durant les 3 années lors de meeting qui se déroulent dans chaque pays. Depuis le début de ce projet, les enseignantes de l’école maternelle (à tour de rôle par deux) ont pu profiter de ces formations, dont les compétences ont été validées par des « Europass Mobilité ».

Education à la finance (Portugal) : Ce domaine est travaillé dans toutes les écoles du pays dès 3 ans pour former les élèves à devenir de futurs citoyens responsables : différencier ses envies de ses besoins, protéger son environnement pour dépenser moins, jardiner pour produire sa nourriture, partager au lieu de posséder, s’entraider, économiser au lieu d’emprunter. Ce domaine d’enseignement est la réponse donnée par le système éducatif portugais à la crise de 2008 qui a dramatiquement touché ce pays.

– Utiliser des applications pour la classe (Croatie) : formation e-twinning, aux « google app » pour travailler de façon collaborative, utiliser des applications pour faire des présentations ou des évaluations (prezzi,  mindmap, Kahoot, plickers …) et créer un blog.

– Enseigner les mathématiques par le jeu (Lettonie) : Remettre le jeu au centre des apprentissages pour aborder un nouveau concept ou pour renforcer un apprentissage. Présentation et analyse de jeux mathématiques ( de 5 à 18 ans)

 

Avec le robot Doc présenté par un élève de l’école de Donatelli (Lucca, Italie)


– Enseigner grâce aux Ipads, aux TBI et enseigner à coder (Italie) : « Coder » est devenu une compétence à acquérir au même titre que lire, écrire ou compter en Italie. La formation était axée sur les nouvelles technologies (applications, création d’ exercices pour les TBI en fonction des apprentissages), sur le codage et l’utilisation de robots pédagogiques (Doc, bee-blue, bee-bot et sphero).
 
Le prochain meeting aura lieu en novembre en Espagne et la formation portera sur les EMILE (Enseignement d’une Matière Intégré dans une Langue Etrangère)